Mon Panier

0 article
 

La Biographie du Dr Edward Bach

La vie du Dr Edward Bach a été courte mais plus que remplie. C’est la destinée d’un médecin et chercheur dont les valeurs morales et humaines, le dévouement envers les autres et la passion pour la recherche et la médecine ont été source de motivation.

La guérison de ses patients et l’apaisement de leur souffrance ont été les plus grandes récompenses pour ce médecin homéopathe et bactériologiste anglais qui avait officié entre 1912 et 1936. Les élixirs des fleurs de Bach et la méthode originale de Bach constituent l’héritage qu’il a laissé à la médecine, animé par l’ambition de trouver une nouvelle manière de soigner l’être humain en rééquilibrant l’état émotionnel responsable de la maladie et entrave à la guérison.

Edward Bach biographie, il est né le 24 septembre 1886 à Mosel, un village près de Birmingham, en Angleterre. Ainé de trois enfants, il avait une enfance heureuse et a été initié très tôt à l’amour de la nature. Les vacances passées en famille au Pays des Galles lui permirent de découvrir les plantes et les animaux qui seront devenus de véritables passions. A seize ans, il était déjà déterminé à devenir médecin.

Les études sont coûteuses et le jeune Edward ne voulait pas imposer un tel investissement à ses parents. Il décide de travailler à la fonderie de laiton de son père. Durant les trois années qu’il y passait, il a pris conscience de la peur des ouvriers pour leur santé et des coûts élevés des traitements. A cette époque, le futur médecin réfléchissait déjà à une méthode de guérison simple et accessible pour toutes les maladies.

Généreux et enthousiaste, Edward Bach n’avait pas le sens du profit et réalisait des commandes d’objets sacrés à des prix dérisoires. A 20 ans, l’appel de la médecine le décidait enfin à s’inscrire à l’Université de Birmingham. Diplômé en 1912 en Public Health, il rachète un cabinet situé sur la Haley Street à Londres. Malgré une clientèle de plus en plus importante, le jeune médecin était frustré, insatisfait de l’efficacité des soins et se lancera dans la recherche dans le domaine de l’immunologie et de la bactériologie. Entre-temps, durant la 1re guerre mondiale, il est appelé à travailler dans un hôpital public pour soigner les blessés revenant du front. Il continue ses travaux de recherche.

La maison d'Edward Bach

De santé fragile depuis son enfance, le Dr Bach se fatiguait au travail. En 1917, il a fait une forte hémorragie et tomba dans le coma. Ses collègues l’opèrent d’urgence pour lui enlever une tumeur. Ils lui prédisaient quelques semaines à vivre. Edward Bach ne se laisse pas abattre et décida de mettre à profit ce précieux temps en continuant sa recherche. Le temps passa et il alla de mieux en mieux. Il en a conclu qu’avoir un but précis dans la vie, s’intéresser et se consacrer à quelque chose sont des facteurs du bonheur humain qui est un stimulant favorable à la santé.

En 1919, le Dr Bach démissionne de son poste puisqu’il lui était interdit d’avoir d’autres activités. Il postule pour un poste vacant de bactériologiste de l’Hôpital Homéopathique de Londres. Réticent à lire les ouvrages médicaux et plus intéressé par l’observation des patients, le médecin découvre l’homéopathie en lisant en une nuit l’ouvrage d’Hahnemann, Organon. Cette lecture lui réconfortait dans ses convictions, que l’on doit soigner le malade et non pas les symptômes, que chaque patient est un cas particulier, que la nature est un réservoir de remèdes. Le Dr Bach a mis au point des Nosodes, des vaccins issus des germes intestinaux.

Ses questionnements dans le but de trouver un nouveau mode de soin l’amenaient de plus en plus sur le terrain de la psychologie. Il constate que chaque profil correspond à un type de malade, que la personnalité du patient interfère sur son état physique lors d’un traitement. La notion de polarité a été le point de blocage qu’il fallait surmonter. En 1929, il découvre les deux premières fleurs, Impatiens et Mimulus, lors d’un déplacement au pays de Galles. Il les préparait comme les vaccins buccaux et les prescrivait en fonction de la personnalité du patient.

En 1930, Le Dr Bach quitte Londres et son cabinet du Haley Street pour se consacrer à la recherche de remède dans la nature et d’une nouvelle méthode de préparation. Les découvertes des fleurs guérisseurs et d’aides se sont faites par étapes. En 1935, il s’était arrêté à 38 élixirs floraux et un rescue.

Après un premier opuscule « Guéris-toi toi-même », les travaux du Dr Bach ont été présentés dans l’ouvrage « Les douze guérisseurs et autres remèdes », dont la version finale a été publiée le 24 septembre 1936 pour les 50 ans de son auteur. Très affaibli et épuisé, Edward Bach a dicté à son assistante Nora Weeks des explications qui devaient encore être ajoutées à l’introduction pour une ultime version. Il mourut le 27 novembre 1936 dans son cottage du Mont Vernon, dans le village de Sotwell. Les élixirs de fleurs de Bach sont connus et utilisés dans le monde tel que leur créateur l’a voulu.